Guide du monde de l’immobilier

L’immobilier est une véritable jungle en termes de transactions lorsque l’on ne possède pas de bases pour s’y retrouver. Justement dans l’article suivant, voici un petit guide sur ce qui est bon à savoir au sujet du diagnostic immobilier, les agences immobilières et enfin en ce qui concerne les transactions immobilières en pays frontalier.

Le diagnostic immobilier, une étape à ne pas négliger

Le diagnostic immobilier (Voir aussi www.l-expertise.com)  désigne l’ensemble des éléments de contrôle technique auxquels sont soumis les biens mis en vente (Visitez http://www.lexpert.fr/). Le vendeur doit établir à ses frais les trois types de certificats qui doivent être annexés aux actes de vente (promesse et vente notariées).

L’absence de ces certificats n’entraîne pas la nullité de la vente.

Mais si l’acquéreur découvre par la suite un vice lié à la présence de termites, plomb ou amiante, il peut aller en justice et demander une réduction de prix, voire même l’annulation de la vente. Le vendeur ne peut s’exonérer de sa responsabilité même si le contrat contient une clause de non-garantie des vices cachés. En cas de détection de termites, plomb ou amiante, des travaux peuvent être imposés par le Préfet : il convient alors de prévoir dans les actes de vente qui du vendeur ou de l’acquéreur devra supporter le coût de ces travaux.

On comprend donc par là l’importance de cette étape lorsque l’on a un projet de vente ou de location d’un bien. L’expert auquel on fait appel évalue le bien selon des critères ou des indicateurs propres à l’objet d’étude. L’on a parlé précédemment de la présence de plomb, de termites et d’amiante, mais il y a également le diagnostic de la performance énergétique ou le devis d’expertise immobilière (A voir www.l-expertise.com)  qui est obligatoire depuis le 1er janvier 2011. Si le bien est un appartement au sein d’un immeuble ou un bâtiment commun, il faudra ajouter en complément le diagnostic accessibilité erp. (A voir http://www.diagnostic-accessibilite-handicapes.fr/)

Les agences immobilières, le choix gagnant

Que ce soit pour louer ou pour vendre un bien immobilier, l’on ne peut plus se passer des agences actuellement. Bien que les frais soient parfois conséquents, c’est une des meilleures méthodes pour réussir son projet. Il faut d’abord savoir que les agences immobilières ont pour objectif de mettre en relation les personnes étant à la recherche de logement ou de bien immobilier à vendre ou à louer à d’autres qui en proposent.

Elles peuvent aussi gérer les problèmes entre les deux parties en se plaçant comme intermédiaire. Il en existe un bon nombre sur le marché actuellement (haute-saone immobilier (Partenaires http://www.baudin-navoiseau-immo.com/) , immobilier en Provence, …), ce qui fait que la concurrence est rude, poussant les agences à affiner et à perfectionner leurs offres.

Les avantages à passer par elles sont donc assez conséquentes dans la pratique (Voir aussi agence-provarim.com). D’abord, le fait est qu’en faisant appel à une agence immobilière, on a à notre disposition un expert capable de conseiller et de faire profiter de son expérience. Il est donc à même de nous orienter sur nos droits et nos obligations.

D’autre part, les agences sont en mesure de proposer un très large choix d’offres du fait qu’elles collaborent avec un réseau de propriétaires assez important.

D’ailleurs, elles sont dans le devoir de se conformer aux tendances et aux prix du marché, ce qui vous permettra d’être sûr de ne pas accepter une offre irraisonnable.

Exit donc l’idée reçue selon laquelle les loyers sont plus chers en agence par rapport aux transactions entre particuliers, au contraire, la loi les oblige à afficher des prix clairs. De plus, les visites sont garanties sans aucun engagement et sont totalement gratuites.

Enfin, vous vous affranchissez de la montagne de paperasse à préparer pour la transaction immobilière. L’agence s’occupe d’absolument tout, c’est compris dans les services qu’elle offre. Par ailleurs c’est aussi elle qui devra mener les diverses démarches avec les propriétaires. Votre rôle consiste juste à lui fournir les documents nécessaires lorsque cela s’avère utile.

Transactions immobilières en pays frontalier

Le problème des devises est le souci principal qui se pose lorsque l’on veut acheter un bien immobilier à l’étranger. Si vous vivez dans un pays frontalier et que vous voulez faire l’acquisition en France, le pret en franc suisse est une solution toute trouvée (En relation http://www.frontalierfinance.com/). C’est un crédit qui est accordé à un emprunteur travaillant à l’étranger et désirant assurer ses remboursements dans la monnaie que son employeur lui paie.

Dans les démarches, ce prêt ne se différencie pas des autres, l’emprunteur se devant de constituer le dossier nécessaire pour le contrat. C’est dans une banque du pays où il se trouve qu’il déposera sa demande de prêt en devise pour que la somme qui lui est accordée soit convertie en devise, lui permettant alors de régler ses mensualités.

Pour quelqu’un qui vivrait en Suisse mais qui voudrait vendre une villa à Cannes (A voir barnes-frenchriviera.com)  par exemple, c’est la solution toute trouvée. En France, la durée maximale du prêt en devise est de 25 ans, et ne nécessite aucun apport.

Cependant, sa demande exige en contrepartie des garanties matérielles ou non, pour assurer la solvabilité de l’emprunteur.  Pour ce faire, on peut avoir recours aux hypothèques et aux sociétés de caution.

Pour ce qui est de la délégation d’assurance et de la nécessité de souscription de produits complémentaires, cela dépend des banques elles-mêmes. Dans le cas où vous aurez le désir de devenir résident en France, vous pourrez bénéficier des aides à la propriété mises en place par le gouvernement : prêts à taux zéro plus, éco-PTZ